Description du projet

« Caresse-moi » est un projet collaboratif entre deux danseuses, Elodie Guillotin et Clémentine Pasgrimaud, et des vidéastes invités, autour de l’élaboration de partitions filmiques chorégraphiées, d’une durée d’environ trois minutes.

Comment mettre en place une narration chorégraphique à partir d’une écriture cinématographique et vice versa ?

Filmer la danse, c’est d’abord questionner le rapport à la caméra et donner une forme nouvelle en image. La danse et la vidéo ont leurs propres règles d’écriture. Deux langages complexes qui communiquent ensemble et déploient d’autres règles, d’autres codes, une autre grammaire, pour rassembler un vocabulaire gestuel et filmique commun.

L’enjeu est de parvenir à transposer les paramètres d’une discipline à l’autre : traduire l’espace, la durée scénique dans le temps cinématographique, la singularité de l’écriture chorégraphique…

La danse filmée apparaît alors comme une forme hybride où deux modes d’écriture se superposent et se combinent.

La vidéo-danse est souvent considérée comme une archive, une mémoire de la danse chorégraphiée, mais c’est aussi un nouvel espace créatif qui donne naissance à des objets hybrides qui entremêlent l’art de la danse et l’art de filmer.

Bien plus que des captations ou de purs documentaires, les films que nous souhaitons réaliser sont des créations artistiques à part entière, des collaborations entre des danseuses/ chorégraphes et des vidéastes aux regards, aux sensibilités propres, aux approches de la danse différentes. Chaque propositions est unique et doit renvoyer à une dramaturgie propre à la créativité de chaque vidéaste participant au projet.

Ensemble, nous leur proposons de collaborer à une composition poétique afin de rendre la présence des corps palpable à travers l’image, en faisant entendre le souffle, les pas, les bruits des corps en mouvement. Ces informations subliminales donnent de la chair à l’image et permettent d’y projeter notre identité.

Télécharger le dossier de Caresse-moi