SABLÉ-SUR-SARTHE (72), L’Entracte: 31 mars 2016 20h

 

Vitry-sur-Seine, dans un deux-pièces, une famille d’immigrés vit en marge de la société. Ernesto, l’aîné des enfants, ne veut plus aller à l’école « parce qu’on n’y apprend des choses qu’on ne sait pas ». À ses côtés, il y a Jeanne, la soeur follement aimée, les brothers et les sisters, la mère slave, le père italien sans travail. Dans cette famille laissée pour compte, la connaissance provient des livres, récupérés au hasard des poubelles du métro ou des banquettes du RER. Un jour, Ernesto découvre un livre brûlé, L’Ancien Testament, qui l’initie aux origines du monde, au pourquoi des choses… Regard neuf sur la banlieue, l’immigration, la précarité et l’éducation, Marguerite Duras signe un conte merveilleux où beauté, génie et amour se mêlent. La metteure en scène Monique Hervouët, installée à Nantes avec sa compagnie, s’empare de ce texte sensible dans lequel l’écriture, à moitié dialoguée, à moitié narrative, permet au théâtre une naturelle distanciation. On y découvre une famille qui, malgré la réalité âpre de la marginalité, fait preuve d’une lumineuse dignité.

Compagnie Banquet d’Avril

Mise en scène, découpage du texte : Monique Hervouët
Ernesto : Simon Le Moullec
La mère : Delphine Lamand
Le père : Bertrand Ducher
L’instituteur / Le journaliste : Didier Royant
La sœur Jeanne : Fleur Monharoul
La narratrice : Solenn Jarniou

Lumières – scénographie : Yohann Olivier
Construction décor : Atelier du Grand T
Régie lumière : Julien Jaunet / Régie son : Félix Philippe
Costumes : Cathy Le Corre / Accessoiriste : Lucie Hesling & Thierry Lejeune
Musique : Rasim Biyikli / Thème de « La neva » : Jean-Christophe Marti
Photos : Denis Rion
Assistante stagiaire : Yasmine Autrique
Chargée de production – communication : Elise Mainguy
Administration : Danièle Orefice

Coproduction : Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique